Persécutions étatiques ?

Tous les médecins bénévoles qui viennent en aide aux  sans-abris dans la rue s’exposent à des poursuites administratives et même pénales.”
C’est cette information que le président de Nochlechka, Grigory Sverdline, a transmise à la Vice-présidente du gouvernement russe, Tatyana Golikova, chargée de la politique sociale, du travail, de la santé et des retraites et conseillère santé auprès de Vladimir Poutine, lors d’une rencontre consacrée aux questions de tutelles dans le domaine social.

Incompréhension totale
Grigory Sverdline dans sa déclaration a ajouté : ces éventuelles sanctions sont aberrantes d’autant plus que la médecine de l’état russe n’est absolument pas adaptée, ni même encline à porter secours aux centaines de milliers de personnes survivant dans la rue.
Le directeur de Nochlechka souligne encore : cette possible répression contre le corps médical de Charity Hospital entraînerait forcement une hausse des maladies chroniques rencontrées chez les sans-abris, sans parler des décès, tout spécialement en hiver, puisque même un sans-logis reçu à l’hôpital pour s’y faire amputer un membre ne pourrait y rester et devrait regagner «sa maison» pour sa convalescence…sans suivis médical aucun.

Sans réponse
Pourquoi cette nouvelle persécution contre le travail des ONG humanitaires ?
Le premier juillet dernier nous vous parlions du projet de la Douma d’affaiblir considérablement les ONG russes en les privant de leurs sources financières provenant de l’extérieur du pays en les stigmatisant «agents de l’étrangers», avec les conséquences que l’on imagine.

Pour l’instant, nous n’avons aucune réponse à cette stigmatisation étatique.
Ironie du calendrier, le personnel hospitalier bénévoles de Charity Hospital fêtait, il y a quinze jours, ses trois ans d’existence au service des plus déshérités et que ce lundi 26 juillet 2021, ils entament une campagne de vaccination anti-covid à Saint-Pétersbourg auprès des sans-papiers, sans-abris.

Opération vaccination
A Saint-Pétersbourg plus de 60’000 personnes sans-papiers sans-abris, vu leur statut administratif, ne peuvent pas être vaccinés contre le covid.

Pour Charity Hospital, cette fatalité ne doit pas être.
Aidée par la fondation Diakonia ainsi que par l’association Kinonia et la polyclinique municipale No 49, les vaccinations ont débuté.
Face à cette interminable pandémie, notre pays a besoin d’une immunité collective. Elle sera atteinte lorsque la majorité de la population sera vaccinée, les sans-abris aussi explique Ksenia Ershova, coordinatrice du projet.
En moins de trois heures nous avons pu injecter le Spoutnik V a 36 sans-papiers sans-abris.
C’était difficile, mais nous l’avons fait.
La difficulté, bien évidemment, sera le suivi pour la deuxième dose, souligne encore Ksenia Ershova,

A Moscou, à Saint-Pétersbourg, ils sont des dizaines de milliers de sans-papiers sans-abris, nous avons besoin de vous, aidez-nous à leur donner de l’humanité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *