Nochlechka, des nouvelles

Aujourd’hui, Nochlechka angoisse moins qu’il y a une quinzaine de jours.
La crise s’inscrit dans la durée, Nochlechka s’adapte progressivement à la nouvelle situation.
Nochlechka, pour le moment, arrive à tourner sans trop de difficultés. Elle maintient toutes ses nombreuses actions quotidiennes.
Important : malgré les embuches du boycott, nous arrivons toujours à leur transférer notre appui financier, plus indispensable que jamais.
Merci de votre confiance, de continuer à nous soutenir, le sans-abrisme n’a pas disparu le 24 février.

NOCHLECHKA
Prévention
Nochlechka a eu le nez fin. En prévision d’une éventuelle crise, dès le début du mois de janvier, elle a loué un local afin d’y stocker de la nourriture et des médicaments.
Equipe
Actuellement, pour des raisons personnelles (partir à l’étranger), trois personnes ont renoncé à leur travail. Afin de diminuer la masse salariale, elles ne seront pas remplacées pour le moment.
Toute l’équipe partage la même opinion au sujet de l’invasion.
Réseaux sociaux- communication
Paradoxalement, depuis que les réseaux sociaux ne sont plus officiellement accessibles, le nombre de personnes qui suit Nochlechka a augmenté. Elles sont jeunes et savent comment contourner l’obstacle.
Cependant, Nochlechka craint un ralentissement substantiel du soutien financier que procuraient les réseaux sociaux.
Les médias et la censure
Comme les informations sont très strictement encadrées, que l’ambiance est assez morose, les médias sont à la recherche de sujets positifs.
C’est ainsi, qu’ils ont beaucoup parlé de notre projet du bistrot social qui vient d’ouvrir ses portes. Une publicité inespérée. Voir le sujet ci-dessous.
Grigory Sverdline
Après sa fuite forcée de Russie, Grigory continue son périple en direction de Tbilissi où il a de la famille.
Dans les pays traversés, il est, en général, bien reçu. Parfois les plaques russes de sa voiture occasionnent des réactions à l’emporte-pièce, telles crever les pneus.

30 mars, jour du sans-abrisme

Afin de sensibiliser la population à ce fait social, le sans-abrisme célèbre sa journée.
Un anniversaire instauré par Nochlechka, il y a de nombreuses années de cela.
Une célébration d’autant plus nécessaire aux vues des circonstances actuelles.
Lire la suite

Bistro solidaire

Malgré la crise ukrainienne, Nochlechka va de l’avant. Le 26 mars dernier, elle a ouvert son café social.
Aux cuisines, au bar, au service, le personnel est composé d’anciens sans-papiers sans-abris.
Depuis son inauguration, le bistro fait le plein, plus d’une centaine de clients par jour.
Lire la suite

Maslenitsa

Maslenitsa, la chandeleur russe et ses blinis, célèbre la fin imminente de l’hiver, efface tous les soucis du moment.
Pas question pour Nochlechka d’oublier ses protégés, que les sans-papiers sans abris ayant survécu à l’hiver soient exclus de la fête.
Lire la suite

Le Centre d’Accueil pour sans-abris âgés

L’année dernière, à plus d’une reprise, nous vous avons parlé de notre projet : un hébergement dédié exclusivement aux personnes âgées.
Les travaux avancent, le gros œuvre est terminé. Nous cherchons le financement pour le travail “hors air” et l’aménagement intérieur, soit la somme de 160’000 CHF.
Ce lieu permettra à ces personnes d’y séjourner confortablement dans l’attente que leur identité soit rétablie, qu’elles puissent toucher leur pension, être admises en maison de retraite et, si nécessaire, faire reconnaître leur handicap.
Le Centre d’Accueil se trouve à 60 km de Saint-Pétersbourg, dans la communauté urbaine de Siversky.
Aidez-nous à trouver les financements.
Toutes les informations : info@suissesolidaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.