Obligé de fuir

Pour ne pas être emprisonné, Grigory Sverdline, le directeur de Nochlechka, a dû fuir précipitamment la Russie, la semaine dernière.
Grigory Sverdline, Grisha pour les amis, a depuis le début de l’invasion de l’Ukraine manifesté sa désapprobation, et dans la rue, et sur les réseaux sociaux.
Afin de ne pas compromettre Nochlechka, Grigory Sverdline a aussi dû démissionner de son poste de directeur.

Malgré cette très triste nouvelle, et les événements lugubres en cours, nous ne le répéterons jamais assez :
Nous continuons quotidiennement à aider les sans-papiers sans-abris, de Saint-Pétersbourg et de Moscou.
Nous avons besoin de votre soutien.

Ton départ brutal nous heurte de plein fouet
Nous sommes fiers d’avoir travaillé avec toi, Grisha. Tu as réuni une véritable équipe autour de toi, tu as su, tout au long de ces années, nous insuffler ton inépuisable énergie, ton optimiste, ta vision.
Tu nous as appris à devenir des professionnels, à être responsables dans notre travail humanitaire, à considérer tout personne comme un être humain.
Nous allons poursuivre ton œuvre avec la dignité qu’elle mérite écrit l’équipe de Nochlechka, suite à ce départ contraint.

Grigory nous écrit depuis Vilnius :
Ces derniers jours on me prévenait de tous les côtés que, bientôt, on viendrait m’arrêter car je proteste trop.
Je ne sais pas à quel point c’est vrai. Je sais aussi que je ne vais pas la fermer, je ne le peux pas. Rester en Russie et ne pas sentir qu’on est dans la merde et ne rien dire, je ne le pourrais qu’en tôle. C’est emphatique, mais tant pis.
Et puis pas question que mon attitude protestataire soit un danger pour Nochlechka.
Grigory poursuit : Je suis sûr que Nochlezhka ira très bien sans moi. Sinon, je ne vaux rien en tant que leader. Au final, j’allais quand même partir fin 2023.
En décembre dernier, j’en ai parlé à mes collègues. ” Changement de pouvoir, tu sais“.
Le nouveau directeur est Danil Kramorov, bénévole, puis coordinateur des bénévoles, et aujourd’hui, responsable des relations publiques et de la collecte de fonds. Un type formidable.
Je l’’aiderai autant que je peux.
J’en profite pour exhorter tout le monde à s’inscrire pour un don mensuel d’au moins 40 francs.
Due à cette période noire, Nochlechka a, désormais, de plus en plus de travail à accomplir, souligne encore Grigory.

Grigory Sverdline
Tout a commencé en 2003, je voulais soutenir quelques actions bénévoles en faveur des populations défavorisées.
Un ami m’a conseillé le Bus de Nuit de Nochlechka. La proposition fut bonne. Comme bénévole, j’y ai participé pendant plus de six ans se rappelle Grigory.

En janvier 2011, Grigory est nommé directeur de l’ONG, et sous sa houlette, Nochlechka a pris un essor des plus professionnels.
L’association s’est concentrée, comme jamais, sur l’aide aux sans-papiers sans-abris, leur offrant de plus en plus de services humanitaires.
Elle a donné toute l’importance requise à son bon fonctionnement économique.
Elle a attaché une importance primordiale à la promotion de son travail parmi le public et les autorités, en un premier temps à Saint-Pétersbourg, puis dans toute la Russie.

Sous la conduite de Grigory, Nochlechka est devenue une ONG de premier ordre, incontournable dans la lutte contre le sans-abrisme…une référence même pour les administrations en place.

Merci Grisha d’avoir rendu possible tant de réalisations, d’avoir permis à toute l’équipe de Nochlechka de sauver tant de vies.

Le sans-abrisme n’a pas miraculeusement disparu le 24 février 2022.
Bien au contraire, il y a de fortes probabilités que les sans-papiers sans-abris soient fortement impactés par cette crise.
Si vous avez la possibilité de nous soutenir, maintenant, cela nous sera très, très utile.
Merci.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.