Principaux facteurs du sans-abrisme

Nos calculs sont basés sur des statistiques annuelles sur les décès et les hospitalisations des sans-abris et des non-sans-abris et aussi sur les réponses d’un questionnaire posé aux sans-abris que nous aidons tout au long de l’année.

L’âge moyen est de de 44 ans. 79.00%  % sont des hommes, 21,00% des femmes. 87.11% sont citoyens russes.
Le sans-abri survit, en moyenne, six ans dans la rue et y meurent le plus souvent.

Dans les pays où le problème du sans-abrisme est pris en compte, cette période est inférieure à un an, car il existe un système d’assistance accessible et développé.

29,35 %
Déménager dans une autre ville à la recherche d’un emploi
Les gens déménagent souvent dans les grandes villes dans l’espoir de trouver un emploi mieux rémunéré. Ils ne réussissent pas toujours à trouver un travail, un logement décent.
De plus, il y a un grand risque de vol dans la rue : documents, téléphone, l’argent, car la personne n’a même pas d’endroit pour les ranger.
Les nouveaux arrivants se font souvent voler leurs objets de valeur et leurs papiers. Face à une telle précarité, ces personnes se retrouvent à la rue.

28,87 %
Problèmes familiaux
Les conflits familiaux aboutissent souvent au sans-abrisme. Après des bagarres, des insultes, des humiliations et des violences, une personne peut décider de partir pour de bon. Il est également possible qu’elle se retrouve expulsée, ou expulsé, par d’autres membres de la famille car ils veulent la propriété pour eux, par exemple.

25,01 %
Perte de papiers
Perdre ses papiers équivaut presque à perdre ses droits en Russie. Et perdre des papiers est facile, surtout si la personne est déjà dans une situation difficile. Il est beaucoup plus difficile de les faire restaurer sans liens sociaux ni argent pour payer les frais, le transport, la corruption.

22,30%
Perte d’un emploi
La perte d’un emploi n’est pas toujours suivie par la possibilité d’en retrouver un adéquat.
Souvent, la personne se retrouve toute seule avec le problème, sans argent, sans perspectives ni espoir. Faute d’argent, elle perd son logement loué, puis sa propiska et elle se retrouve à la rue.

16,39 %
La personne ne peut plus payer son loyer
Des problèmes de santé, une invalidité, la perte d’un emploi ou la malhonnêteté de l’employeur entraîne une incapacité soit de payer son loyer, soit d’en louer un.
Aucun propriétaire, en Russie comme ailleurs, ne vous permettra de vivre gratuitement dans sa propriété pendant longtemps.

11,77 %
Abus de substance toxique
Le plus souvent, par désespoir, les gens développent des dépendances après un certain temps dans la rue. De cette façon, ils essaient d’atténuer la douleur de leur lutte quotidienne pour survivre.
La dépendance à l’alcool ou/et aux drogues ne devient la cause principale de l’itinérance que si la personne n’est pas consciente du problème. Le résoudre est extrêmement difficile dans ces conditions de survie.

11,18 %
Maladie ou blessures
À la suite de maladies et de blessures graves, les gens perdent souvent la capacité de travailler et de subvenir à leurs besoins, et le traitement nécessite beaucoup d’argent.

9,44 %
Envie de voyager ou de déménager
Les gens voient le déménagement comme un moyen d’améliorer leur vie. Des difficultés personnelles et financières peuvent également les forcer à partir. S’installer dans un nouveau lieu demande un effort colossal et tout le monde ne peut pas gérer une telle contrainte.

8,52 %
Fraude ou extorsion
Les gens perdent souvent leurs économies et leurs biens à cause de la fraude. Les premières victimes sont les personnes seules : celles qui sont élevées dans un foyer pour enfants, les personnes âgées, les personnes atteintes de troubles mentaux qui n’ont personne pour les défendre.

8,36 %
Peine de prison
Les proches des personnes emprisonnées les expulsent souvent alors qu’elles purgent leur peine.
De plus, le prisonnier peut difficilement payer son loyer. Enfin, à sa sortie de prison, la personne peut rencontrer de grandes difficultés pour retrouver un nouveau logement. D’autant plus s’il est privé de Propiska.

7,87 %
Malhonnêteté de l’employeur
Les employeurs malhonnêtes exploitent souvent les gens et retiennent le salaire. Le travail acharné cause des problèmes de santé. Les gens perdent la capacité de subvenir à leurs besoins.

4,72 %
Autres raisons
Divers problèmes et leurs combinaisons : réinstallation forcée, violence domestique, biens saisis pour régler les dettes, conflits avec les voisins, choix personnel.

Plus d’infos aussi sur le rapport d’activités de Nochlechka 2021

Pour toutes informations complémentaires contactez info@suissesolidaire.org