Des demains chantants ?

Profonde mutation ? Un espoir pour les sans-papiers sans-abris ?
Les résultats de la réunion du 05 juillet 2021 du Conseil de tutelle sociale au sujet des sans-papiers sans-abris produiraient-ils quelques espérances ?
A lire les dernières directives de Tatyana Golikova, vice-présidente du gouvernement russe, chargée de la politique sociale, du travail, de la santé et des retraites, conseillère santé auprès de Vladimir Poutine, on pourrait rêver.

Changement de paradigmes ?
Tatyana Golikova a chargé le ministère du Travail et le ministère de l’Intérieur de créer un registre des sans-abris russes afin de fournir à cette catégorie de citoyens des soins médicaux et un logement gratuit.
Les départements concernés devront aussi régler la question de la modification de la procédure et du paiement de la taxe d’État pour la délivrance d’un nouveau passeport au sans-papier.
Il est indéniable que si cette directive devait devenir réalité, et n’être pas que de l’esbroufe à quelques semaines des prochaines élections législatives, ce profondément changement du regard de l’Etat russe face à leurs concitoyens apatrides dans leur propre pays serait un bouleversement sociétal des plus inattendus.
Il ouvrirait un champ d’applications considérables modifiant durablement et positivement la peu enviable existence du sans-papier sans-abri russe.
Rendez-vous après les législatives.

Ces grands oubliés
Le Conseil de tutelle, jusqu’à peu, s’il traitait donc des divers problèmes sociaux touchant la Russie, paradoxalement ignorait totalement le sans-abrisme.
Ce 5 juillet 2021, Grigori Sverdline, président de Nochlechka et récent membre de ce Conseil, profite de parler des grands absents : les sans-papiers sans-abris.
Grégori rappelle leur terrible condition de survie, leur inexistence administrative.
Grigori Sverdline présente au Conseil, ce jour-là, un catalogue de 40 revendications, entre autres celles-ci :
– Changer le statut du sans-abrisme
Il faut modifier les causes du sans-abrisme en Russie, permettant ainsi que l’Etat leur vient systématiquement en aide.
De façon inexplicable, les départements et services de l’administration russe interprètent de façons différentes les lois et leurs amendements se référant à l’absence d’enregistrement administratif du citoyen.
– Spécifier, sans stigmatisation, la notion de « citoyen sans domicile fixe »
Aujourd’hui, dans les règlements administratifs, parmi les fonctionnaires, le sans-logis est qualifié de marginal, asocial, de biez (de rien en russe) et pire encore.
– Procéder à un recensement exhaustif des sans-abris sur le territoire russe
A ce jour, aucun chiffre fiable existe, ne permettant pas ainsi de mettre sur pied, dans le futur, une véritable politique sociale à l’égard des sans-abris.
– Elaborer une série de mesures afin de développer un système d’aide aux sans-abris
En Russie, pour l’instant, il n’existe aucun système de prévention et d’assistance aux sans-abris.
– Accéder aux services sociaux
Indépendamment de son statut administratif, le sans-papier doit avoir un accès sans restriction aux services sociaux et aux soins.
– Accéder à la distribution de nourriture
Dans plusieurs régions de Russie, il existe un système de distribution de nourriture, mais il est accessible qu’aux porteurs de pièces d’identité. Là aussi, le sans-papier doit avoir un accès sans restriction à la distribution étatique de nourriture.
– Autoriser l’aide médicale de rue
Actuellement tous les médecins bénévoles qui aident les sans-papiers sans-abris dans la rue sont menacés de poursuites administratives ou même judiciaire. Lire article

On peut toujours rêver
On espère pour les plusieurs centaines de milliers de sans-papiers sans-abris russes, apatrides dans leur propre pays, que non seulement ces justes revendications soient prises en compte et mise en œuvre rapidement mais aussi que les directives de Tatyana Golikova ne restent pas lettre morte.

En attendant merci de continuer de nous appuyer, aidez-nous à leur donner de l’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *