De la chair à canon ?

La mobilisation décrétée par le Kremlin demande d’enrôler, pour le moins, 300’000 réservistes. Parmi eux des sans-abris ?
Visiblement, peu importe le statut militaire du citoyen en âge de servir, de 20 à 55 ans, ce qui compte est le chiffre à atteindre, le quota à remplir.
Avant toute considération, le nombre pas la qualité.
En ce sens, les recruteurs n’hésitent pas à ratisser large.

Les sans-abris au front ?
A tel point que même les sans-papiers sans-abris semblent être dans leur collimateur.
Ne voilà-t-il pas que des agents de l’Etat ont débarqué l’autre soir à l’Abri de Nuit. Voulaient-ils y faire leur marché de chair à canon ?
Ils ont en tous les cas demandés de distribuer des informations concernant la mobilisation. Notre gardien a refusé.
Vont-ils en rester là ? Se contenter de ce refus légal ?
A ce sujet Nochlechka précise : L’Abri de Nuit comme le Centre d’Accueil et autres lieux appartenant à Nochlechka sont considérés comme des domiciles privés et, sans mandat, les représentants de l’Etat ne peuvent y pénétrer.
De plus, nous n’avons aucune obligation de donner le nom de nos sans-papiers sans-abris, leur identité est protégée par la loi sur les données personnelles.
Lire l’information Les sans-abris et la mobilisation

Impitoyable récolte humaine
Cette première tentative inquiète encore plus Nochlechka.
Depuis ce mercredi 21 septembre et le discours du Kremlin, notre ONG est en alerte.
Nos employés, nos bénévoles masculins sont des conscrits en puissance.  D’un moment à l’autre, ils peuvent se retrouver sous les drapeaux.
Evidemment, pareil cas péjorerait grandement notre aide aux sans-papiers sans-abris.

Au féminin
Notre solution face à cette possible pénurie de main d’œuvre masculine:  féminiser au maximum le personnel et si possible les bénévoles aussi.
Sont concernés, entre autres, notre directeur, le chauffeur du Bus de Nuit, les veilleurs de l’Abri de Nuit et du Centre d’Accueil, sans oublier les gardiens des Tentes de Survie qui prochainement seront installées.

Et nos sans-abris mâles ?
Bien évidemment, il est difficilement envisageable de les féminiser pour qu’ils échappent à la conscription.

Bien des inquiétudes nous tourmentent
Est-ce que la tentative de l’autre jour à notre Abris de Nuit va-t-elle se poursuivre ? Avec ou sans mandat ?
Non seulement en ce lieu mais aussi au Centre d’Accueil, aux arrêts du Bus de Nuit, et bientôt aux Tentes de la Survie ?
Est-ce que les recruteurs vont s’y présenter manu-militari violant ainsi la législation ?

Pour l’instant, à l’entrée des métros, des gares, aux arrêts des transports publics, des rafles ont parfois lieu pour y capturer la gent masculine.

En ce contexte d’incertitudes, Nochlechka a décidé d’ajourner la fête des 20 ans du Bus de Nuit, de supprimer l’événements caritatif Un Café Solidaire, événement qui permet de récolter de nombreux fonds.

Il est certain que la situation actuelle amplifie encore plus les nombreuses difficultés que nous rencontrons.
Nous nous employons au maximum pour que celles-ci n’impactent nullement nos sans-papiers sans-abris.
Aidez-nous, nous avons besoin de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.