Natalia Mikhailovna

Même si le froid est intense, les plantes vivent lentement. Apparemment, elles savent qu’une vraie personne prend soin d’eux. Les fleurs non plus ne veulent pas mourir, elles veulent vivre. Tout le monde veut vivre, survivre nous conte doucement Natalia, d’une voix si douce, presque silencieuse.

Natalia est une femme âgée, petite et fragile, difficile à trouver car Natalia est toujours en mouvement.
Le plus souvent elle vaque à quelques occupations ménagères que ce soit dans les chambres du Centre d’Accueil, ses couloirs, sa cour quand celle-ci n’est pas trop enneigée.

La malédiction de la gitane
Je suis arrivée d’Ukraine en 2014 suite à un terrible accident de voiture. J’ai enterré ma mère, mon parrain et ses deux enfants.
Je n’ai pas supporté, j’ai tout jeté et je suis parti.
J’ai rencontré une gitane, elle m’a pris la main et m’a dit : “Tu seras martyre toute ta vie.” Alors je souffre.
A mon arrivé à Saint-Pétersbourg, j’ai travaillé, travaillé, je n’ai jamais arrêté de travailler. Dans les chemins de fer, dans une école, dans un élevage de poulets, je gavais les volatiles à coup de piqûres aux hormones. Et pourtant je suis analphabète.

Ne pas perdre son humanité
Abruptement, Natalia Mikhailovna s’interrompt. Elle farfouille dans sa besace et en sort, triomphante, un petit nécessaire de manucure.
Vous voyez ceci, il ne m’a jamais quitté. Je sais cela semble curieux de s’occuper de ses ongles alors que l’on se trouve à survivre dans la rue.
Ce nécessaire me rattachait à une certaine humanité, j’avais peur de devenir une bête.

En effet, il est rare qu’une sans-abri ait un tel objet. Dans la rue, les soins personnels sont réduits au strict minimum.

L’impitoyable loi de la survie
Des larmes sillonnent son visage parcheminé.
Vous savez, je suis heureuse de me retrouver ici, au Centre d’Accueil.
Ces dernières années, sans papier officiel, ont vraiment été très dures. Je sais ce que c’est de ne pas avoir de toit, l’impitoyable loi de la survie.
Je me suis retrouvée à l’hôpital avec une méchante pneumonie. C’est là que j’ai entendu parler de Nochlechka.
Et depuis j’habite ici, en attendant que je retrouve une identité, que je puisse emménager dans un foyer pour personnes âgées.

Soutenez le Centre d’Accueil, ils sauvent des vies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *