Donner de l’humanité

Un sans-abri se déplace sans cesse dans la ville. Sa perception visuelle est-elle totalement différente de la nôtre ?
Dans notre démarche: donner plus d’humanité aux sans-papiers sans-abris “, nous leur avons proposé qu’elles et ils photographient leurs alentours, ne considèrent pas forcement leur ville seulement comme un environnement dangereux, hostile et froid, mais aussi comme un lieu qui peut apporter inspiration et joie, qu’ils expriment leur pouvoir créatif en observant le milieu urbain, explique Ksenia Solodova, coordinatrice du projet.

Comment capturer une image ?
Oleg, Sergueï, Tatiana, Evgueni, Andreï et quelques autres de leurs compagnons d’infortunes n’ont pas hésité à assister aux cours donnés tout spécialement et bénévolement par les photographes professionnels, Yuri Molodkovets et Pavel Volkov.
Lors de ces rencontres studieuses, nos sans-abris ont appris à prendre des photos, ce qu’est un cadrage, l’importance de la lumière. Savoir capturer l’instant tel qu’on le perçoit, le traduire en image.
Bref les b.a.-ba de la photographie.
L’entreprise Canon a fourni le matériel nécessaire à cette expérience unique, permettre à des personnes qui n’ont plus rien, de pouvoir, elles aussi, s’amuser avec un appareil photographique.

Un moment de joie
Pavel Volkov nous relate ces quelques jours passés avec les sans-logis.
L’essentiel fut que la personne aime cette proposition hors du commun et veuille y participer. J’ai été estomaqué par l’intérêt que les participants ont montré.
Non seulement ils étaient captivés par la partie technique mais aussi, une fois « lâchés » dans la nature, la joie irradiait alors qu’ils prenaient des photos. Il y avait même un des participants qui au départ ne voulait pas du tout aller dans la rue photographier, mais après avoir capturé quelques images, il se sentait de plus en plus inspiré.

Nous vous présentons ici les réflexions de nos photographes en herbe et les images qu’ils ont ramenées.

Oleg Voir ses images 
J’ai photographié tout ce que je remarquais. Par exemple, une autre personne ne voit pas quelque chose, mais je l’ai vu. Et puis, lorsque vous regardez une image, vous pouvez y voir quelque chose de nouveau à chaque fois.
Cela m’a fait du bien que de participer à ces cours tant bien même que notre quotidien est toujours aussi dur, ils m’ont permis d’être un peu plus contemplatif, oublier un instant la survie.

Serguei Voir ses images 
J’aime beaucoup prendre des photos, je remarque quelques détails tout le temps, ou tout simplement que le coucher de soleil est magnifique quand divergent ses rayons. Dans le parc, il y avait ces cerisiers en fleurs. Je voulais saisir le moment où les pétales volaient par vagues dans le vent, mais ça n’a pas marché.
Ce projet m’a permis d’émerger de la grisaille.

Tatiana Voir ses images 
J’ai absolument tout aimé. J’ai photographié un champ de fleurs, Pavel m’a conseillé de choisir une fleur pour que l’arrière-plan soit flou, pour mieux la mettre en valeur.
J’ai aimé photographier la clôture du cimetière, que ses beaux motifs forgés soient si rouillés. Et le contraste entre les partie vide et celles qui sont remplies de ferronneries. Je me vois ainsi.

Evgueni Voir ses images
La ville est intéressante en soi pour moi. De nombreux bâtiments historiques. Après tout, vous savez, tout cela s’en va, s’en ira, mais cela restera sur le support photographique.
J’aime aussi photographier le ciel. Dans la Bhagavad Gita, traduit par ” chant du bienheureux “, il est dit : ” les nuages sont mes pensées “.
N’est-ce pas beau en soi, se demande Evgueni. Et les nuages changent à chaque fois. Par conséquent, j’aime regarder les nuages, voir quelque chose. J’aime le ciel.

Andreï Voir ses images 
Yuri a attiré notre attention sur les détails des maisons, le plâtre fissuré, la rouille. Tout le monde prend un million de photographies de monuments. Je voulais prendre une photo inhabituelle.
En face de la bibliothèque Maïakovski, il y a une statue sur le toit, je ne l’avais jamais remarquée.

Participant anonyme Voir ses images 

A Moscou, à Saint-Pétersbourg, ils sont des dizaines de milliers de sans-papiers sans-abris, aidez-nous à leur donner de l’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *