Une guibole en moins

C’était il y a deux hivers de cela, je me suis réveillé dans cet abri de fortune, je ne sentais plus mes membres. J’ai voulu me lever, bouger, mes jambes ne répondaient plus.
J’ai eu beau crié, longtemps j’ai dû attendre que l’on me trouve. Un homme qui promenait son chien. Il m’a conduit à l’hôpital et à force d’insister, les urgences ont bien voulu de mon cas.
J’en suis ressorti avec une guibole en moins.

Aujourd’hui, alors qu’une fine neige recouvre lentement Saint-Pétersbourg, Andrey Borisovich fume une cigarette dehors, devant le Centre d’Accueil de Nochlechka.
Andrey Borisovich est un vieil homme, une barbe grise, un visage calme, assis dans un fauteuil roulant, il contemple la douce danse des flocons.

De la peinture à la rue
J’étais un artiste raconte Andrey Borisovich. Je peignais des gens, la nature, mais je n’aimais pas trop les paysages urbains. Je voulais ouvrir une boutique pour décorer des tableaux. J’ai contracté un emprunt auprès d’une entreprise privée à des taux d’intérêt élevés et j’ai donné mon appartement de trois pièces en hypothèque.
Je n’ai rien compris, en moins de temps qu’il ne faut pour vous le dire, le tribunal y a enregistré d’autres personnes et je me suis retrouvé séance tenante à la rue.
J’ai bien essayé de dénoncer cette anarque mais une fois que vous vous retrouvez sans-abri tout devient si difficile et je ne connaissais pas Nochlechka à l’époque.

Guide de l’entraide
Le drame d’Andrey Borisovich rappelle à quel point la ville de Saint-Pétersbourg est dénuée d’abris chauffés pour y accueillir les sans-papiers sans-abris.
L’hiver arrive, l’hiver et là, des milliers de personnes n’ont nul part où se réfugier.
L’année dernière 857 personnes sans-abris sont mortes de froid.
Nochlechka via les réseaux sociaux et Strelka Mag publient un guide de recommandations quant à que faire si vous rencontrez un sans-abri :

Offrez de l’eau, du thé chaud ou de la nourriture, cela aidera à établir un contact de confiance.
Si une personne n’est pas en mesure de vous répondre, si elle présente des troubles de la parole, de la coordination des mouvements ou si des symptômes d’intoxication sont perceptibles, appelez une ambulance.
Décrivez les symptômes que vous voyez de manière compréhensible.
Insistez sur le fait que la santé et la vie d’une personne sont en grave danger.
Restez près du sans-abri et attendez l’arrivée de l’ambulance.
Une demi-heure après, assurez-vous que l’ambulance a bien emmené le patient à l’hôpital.

Malgré le Covid
Comme nous le savons, la Russie, depuis plusieurs semaines, traverse une vague épidémique violente.
Diverses décisions ont été prises par le gouvernement russe, entre autres de décréter une semaine de vacances afin de freiner l’épidémie.
Pour Nochlechka, ces mesures n’ont nullement entravé les Tentes de la Survie, le Bus de Nuit, l’Abri de Nuit qui ont continué d’offrir leur aide si indispensable.

Nous aimerions en faire tellement plus, mais nous sommes toujours à la limite de nos moyens financiers.

Aidez-nous à les aider tout au long de la saison hivernale.
Sauvons des vies.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *