Un hiver si meurtrier

Toujours la même litanie, moins 14°, moins 17°, moins 22°, le froid, le vent, l’humidité, la neige, tous se liguent contre les sans-abris.

Survivre dans de telles conditions comment est-ce possible ?
Face à cette situation d’urgence, Irina Sagurova, responsable de la communication chez Nochlechka, nous déclare :
Il fait si froid que notre Abri de Nuit, nos Tentes Chauffées sont débordés.
Dans le vent glacial, près de trois heures avant leur ouverture, les gens font la queue devant les Tentes, devant l’Abri, pour être certains d’avoir une place.
Les personnes prioritaires sont les femmes, les handicapés et les sans-abris âgés.
Pour eux, une nuit à l’extérieur représente le plus grand des dangers.

Absence chronique de refuges chauffés
Généralement il ne reste plus beaucoup de place pour les autres catégories de personnes sans domicile, sans papier.
En ce cas, nous contactons les centres municipaux d’hébergement d’urgence et nous aidons les sans-papiers sans-abris à s’y rendre sous notre garantie.
Sans elle, ils ne seraient pas accepter.
Bref, nous essayons de faire de notre mieux en utilisant les faibles ressources que nous avons, conclu, fataliste, Irina Sagurova.

Aidez-les à ne pas crever de froid
Ce cri du cœur d’Andreï Chapaev, coordinateur des projets humanitaires de l’ONG, souligne à quel point la situation est critique.
Tout en lançant ce vibrant appel à la population, Andreï nous rappelle que chaque année des centaines de sans-abris meurent congelés.
Andreï Chapaev demande aux Pétersbourgeois: Laissez les sans-abris s’abriter dans les greniers, les caves, les cages d’escalier, même si cela froisse votre confort moral.
L’important est de ne pas les rejeter à la rue où les sans-logis peuvent mourir.
De même, si une personne a un besoin médical, souffre d’hypothermie, il est important d’appeler l’assistance médicale. N’hésitez pas aussi à offrir des boissons chaudes, de la nourriture.

Il s’agit de vie humaine
Sachez que la personne qui squatte un immeuble et ses dépendances ne le fait pas par amour des cages d’escaliers ou des sous-sols refuges à rats. Non.
C’est pour leur survie. Il est clair que cette présence n’est peut-être pas des plus agréables, mais quand il s’agit de la vie humaine, vous pouvez regarder la situation avec plus d’empathie dit encore le coordinateur des projets humanitaires.

Une goutte d’eau
Andreï Chapaev ajoute : bien sûr notre soutien n’est qu’une goutte d’eau face à la terrible situation qu’affronte plus de 60’000 laissés pour compte.
Comment voulez-vous qu’une association comme la nôtre puisse soutenir des milliers de personnes ? C’est à l’Etat que devrait revenir l’obligation de protéger ses citoyens.
Et ce ne sont pas les deux Tentes Chauffées, l’Abri de Nuit mis à disposition par Nochlechka qui suffisent.

Soutenez-nous, sauvons des vies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *