Triste individu

Le froid est immense, intense, brutal. En ce jour de disgrâce, le député Kirill Volkov restera dans les annales comme un vilain bonhomme.
En moins d’une journée, Kirill Volkov a expulsé les sans-abris de sa circonscription du district municipal d’Okkervil, ceux qui, fuyant le froid, s’étaient terrés dans des chantiers à l’arrêt, des bâtisses à l’abandon, des caves, des trous.
Allez oust, allez geler ailleurs.
Et il en est fier le Volkov, vantant son exploit sur Twitter.

Ils sont légions
Kirill Volokov n’est pas un cas isolé.
De telles misères sont communes en Russie alors que l’hiver impitoyable frappe les sans-abris sans-papiers.
La particularité de ce cas réside uniquement dans le fait que Volokov, non seulement crie haut et fort son fait d’armes, mais de plus, face aux multiples indignations engendrées, s’en dit très heureux.

Une saison létale
Faut-il le rappeler, chaque année plusieurs milliers de sans-papiers sans-abris meurent de froid, d’autres, les membres gelés, sont amputés.
Face à ce funeste constat, l’Etat et ses services sociaux restent généralement muets, aveugles aussi.
Le sans-papier sans-abri n’a pas d’autres possibilités de survie que de trouver des abris de fortune, des caves, parfois des soupentes ou d’autres lieux le protégeant un tant soit peu des températures létales.
Le citoyen, confronté à tant de misère, souvent se réfugie dans son individualisme et ne voit en ces malheureux que nuisances engendrées.
C’est un fait, quelques qu’en soient les causes, les personnes qui dorment dans les cages d’escalier, les greniers ou les sous-sols provoquent toujours de vives réactions. Simplement par le fait qu’ils occupent un espace qui n’est pas le leur.

Hors de ma vue
Chassons cette indigence qui s’installe dans notre immeuble et peu importe ce qui arrive tant que cela ne se passe pas sous nos yeux.
Oui, nous sommes nombreux à réagir ainsi.
Pas étonnant donc que ce Volokov, en un geste populiste s’il en est, ait cherché, à très bon compte pour lui, quelques voix supplémentaires en vue des prochaines élections en mettant en danger de mort des hommes, des femmes, des enfants.

Un refuge sûr
Face à l’indifférence étatique, au cynisme de certains politiciens, Nochlechka, depuis treize ans, ouvre, chaque hiver, deux à trois tentes chauffées capables d’accueillir, chacune, une cinquantaine de personnes.
Elles offrent, chaque nuit, un refuge sûr, un repas chaud, des habits adéquats au climat et des soins de premières urgences.

50 CHF Une nuit dans la Tente pour 10 personnes
100 CHF Une nuit dans la Tente pour 20 personnes
200 CHF Une nuit dans la Tente pour 40 personnes

Soutenez les Tentes de la Survie, elles sauvent des vies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *