Invasion de rats

Face à l’irruption des rats, cet hiver dernier aux abords de la Tente de la Survie, située sur l’île Vassilevski, Nochlechka aurait fort pu bien afficher une annonce recherchant d’urgence un flûtiste comme dans le conte des frères Grimm.

Sur leur territoire
En octobre 2021, lors de l’installation de la tente, le lieu qui nous fut attribué, différait un peu du précédent, celui que nous avions utilisé quatre ans durant.
Selon le service d’aménagement paysager le terrain sur lequel nous nous retrouvions d’habitude leur était loué et nous ne pouvions plus y séjourner.
Mais voilà le nouvel espace octroyé était celui des rats.

A la recherche d’espaces chauds
Des milliers et milliers de trous à rats ponctuaient le terrain.
La Tente se trouva idéalement plantée sur leur autoroute reliant la mer aux hangars, leurs lieux de prédilection lorsqu’il fait froid et qu’il faut se réchauffer.
Et en hiver, à Saint-Pétersbourg, ce n’est pas le froid qui manque.

Du premier au dernier jour nous avons dû leur mener une chasse incessante, ne pas nous laisser envahir, submerger.
Une véritable catastrophe, vous imaginez ces rats, tous ces rats, cherchant tout moyen pour pénétrer dans la tente.
Difficile de la tenir hermétique alors que les-va-et-vient ne manquent pas, nos sans-papiers sans-abris sortent pour fumer une clop ou se rendent aux wc, nous raconte Ana Malina coordinatrice des Tentes de la Survie.

Et en plus, les poubelles
Début 2022, le ramassage des poubelles a changé à Saint-Pétersbourg.
Plus qu’un seul opérateur en est en charge. Il n’arrive pas à suivre face aux 920’000 tonnes mensuelles produites par la ville.
Et bien évidemment, poursuit Ana Malina, les abords de la Tente de la Survie ne sont pas leur priorité.
Que faire ?
Si nous sortons nos déchets, plus de rats encore nous encerclent.
Si nous gardons les détritus à l’intérieur, notre hygiène n’est plus garantie.
Seule façon de procéder, que le Bus de Nuit, lorsqu’il nous apporte le repas du soir se charge de prendre les sacs poubelles et de les mettre dans des containers Adhoc.

Comment s’en débarrasser ?
Il est plus que vraisemblable que l’hiver prochain l’administration nous logera à nouveau sur ce territoire à rats.
Il nous faut donc absolument trouver une solution.
Nous chercherons de nouveaux moyens de traiter les rongeurs. Pouvez-vous nous aider ?

Un hiver pénible
Chaque saison est difficile, mais cette dernière l’a été particulièrement.
De nombreux facteurs se sont réunis pour rendre notre travail encore plus ardu que d’habitude, trois décès dans les Tentes, des problèmes récurents de chauffage et ces centaines de milliers de rats.
C’est promis, Nochlechka ne sera pas ingrate avec celle ou celui qui lui apportera la solution de tenir à distance ces hordes de rongeurs.
Pas question que l’ONG se comporte en oublieux volontaire, comme ce fut le cas de la municipalité de Hamelin pour le Joueur de flûte des frères Grimm.

Le sans-abrisme n’a pas disparu le 24 février
Aujourd’hui, si les Tentes de la Survie ont plié bagages, toutes nos autres actions humanitaires se poursuivent quotidiennement.

Notre tâche est immense.
En ces temps particulièrement inquiétants, merci infiniment de votre confiance, continuez à soutenir notre travail.
Il sauve de nombreuses vie
s.

Important : malgré les embuches du boycott, nous arrivons toujours à transférer notre appui financier, plus indispensable que jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.