Héros de l’invisible

J’ai appelé une ambulance pour qu’ils amènent urgemment Parfyonov à l’hôpital. Il souffre d’une tuberculose avancée.
Sur place, ils refusent son admission au mauvais prétexte que c’est un clochard sans identité, s’énerve, furieuse, Dasha, médecin volontaire.
C’est vraiment décourageant, nous dit-elle. C’est à se demander si tout altruisme a totalement disparu.

Ce soir, Dasha et ses collègues samaritains auscultent les sans-papiers sans-abris qui se pressent autour du Bus de Nuit.

Soigner les miséreux
De profession médicale, tous bénévoles, ces femmes et ces hommes se sont regroupés afin de venir en aide aux laissés pour compte.
Depuis bientôt deux ans, deux à trois fois par semaine, on retrouve ces soignants tout terrain au Centre d’Accueil, à l’Abri de Nuit, en maraude avec le Bus et aussi, en hiver, dans les Tentes de la Survie.
Leur mission, sauver des vies, permettre aux sans-abris de survivre, tant bien que mal, dans un environnement des plus nocifs.

Un essentiel sacerdoce
Être bénévole n’est pas une sinécure poursuit Dasha. Il y a des nuits, comme ce soir, où le découragement nous guette face à l’absurdité administrative, le désintérêt des autorités et même du personnel hospitalier.
Parfois aussi, face à cet océan de misère, de souffrance, on se sent tellement impuissante.
Et puis, il suffit du sourire abimé d’une personne, pour que l’énergie nous emplisse à nouveau.

Un appui fondamental
Pour Nochlechka, cette présence médicale a un immense avantage.
Avant l’arrivée de la brigade de santé, il fallait, à chaque fois, chercher des bénévoles au coup à coup, souvent des étudiants en médecine. Pas toujours facile, tout spécialement en période d’examens ou pendant les vacances universitaires.
Maintenant, grâce à cette équipe de choc, l’aide sanitaire est assurée et hebdomadairement, elle permet une grande efficacité.

Sauver des vies
Pour nous, bien évidemment, ces tournées médicales sont assez usantes, nous explique Sergueï, infirmier.
Saint-Pétersbourg est une grande ville, explique-t-il, notre maraude avec le Bus, d’un point à l’autre des refuges de Nochlechka, est assez fastidieuse tant le trafic hoquette.
Mais, une fois à pied d’œuvre, nous n’y pensons plus, concentrés que nous sommes sur l’aide que nous apportons, si nécessaire, si essentielle.

Nos multiples actions humanitaires sont uniquement possibles par votre indispensable appui.

Soutenez-nous, notre tâche est immense, vous sauvez des vies.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *