Eux aussi y ont droit

Nochlechka a récemment vacciné ses sans-papiers sans-abris.
Les bénéficiaires : les habitants du Centre d’Accueil ont reçu les deux doses prescrites.
Chez nous, il y a beaucoup de personnes qui font partie d’un groupe à risque, il est important pour eux d’être vaccinés, raconte Taïssia Souvorova, travailleuse sociale à l’ONG.

Indispensable vaccination
Nous avons organisé cette campagne de vaccination parmi les sans-abris de notre Centre.
Notre établissement est un lieu aux menaces épidémiologiques possibles. En effet, dans un même espace cohabitent notre équipe et les personnes sans domicile fixe (personnes âgées, multiples maladies chroniques, diabétiques entre autres) ajoute Taïssia Souvorova.

Spoutnik V
La vaccination a été obligatoire. De manière générale, le retour a été assez positif. Il n’y a guère eu d’opposition.
La grande majorité des sans-abris ont même été contents de recevoir l’injection, ils craignaient, comme beaucoup, de tomber malades.
Une constatation soulignée par les dires de Galina Ivanovna, 57 ans, sans-papier,
Même chez nous, les sans-abris, nous entendons bien des commentaires contradictoires sur ce Spoutnik V, (spoutnik : compagnon de route en russe). Mais je crois qu’il a plus d’avantages que de choses négatives.
Son voisin, Alexandre Souvorov, 60 ans, atteste, lui aussi, des bienfaits de cette vaccination. Je suis très satisfait de recevoir cette dose, la situation avec le coronavirus est bien compliquée, nous voilà protégés.

Pas d’identité, pas de vaccination
La vaccination a eu lieu à la policlinique publique numéro 37. C’est un centre médical ordinaire qui nous a été conseillé par le Comité de la santé publique.
On a fait une demande auprès de ce Comité et, très rapidement, ils nous ont aidés à organiser cette campagne de vaccination, nous précise Irina Cagurova en charge de la communication chez Nochlechka.

En ce moment, pour tout un chacun ayant sa pièce d’identité, il est très simple à Saint-Pétersbourg d’obtenir le vaccin. Il suffit d’appeler la ligne verte COVID (numéro 122).
Par contre, pour ceux qui n’ont pas de registre administratif et de certificat médical (ils sont plus de 60’000 sans-papiers à Saint-Pétersbourg), ils ne peuvent pas se faire vacciner.

Un suivi trop complexe
Si nous avons pu immuniser nos résidents c’est grâce à nos structures d’accueil et les garanties qu’elles apportent quant au suivi des personnes piquées.
Nochlechka ne pense pas, pour le moment, étendre cette campagne de vaccination aux sans-abris rencontrés dans les Tentes de la Survie, l’Abri de Nuit, les Douches pour Tous, le Bus de Nuit.
Il serait trop complexe de pouvoir assurer le suivi des sans-logis présents, d’autant plus que cette vaccination comporte deux étapes, ajoutent encore Irina Cagurova.

Merci de nous aider, notre tâche est immense, vous sauver des vies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *