Courir pour vivre

Marché j’ai l’habitude. Déjà avant de me retrouver à la rue. Dans mon enfance j’habitais dans la région de Zhigulyovsk, pour aller à l’école je marchais facilement mes vingt kilomètres par jour, relate Sergueï.

Il y a dix ans, Sergueï vend son appartement et déménage de Yakoutie à Moscou, mais la capitale n’a rien à offrir.
Sergueï s’inscrit au centre pour l’emploi, il ne trouve pas de boulot nul part, ni en tant qu’économiste, sa profession, ni en tant que simple ouvrier.
Sans appartement, sans job, ni argent, Sergueï se retrouve à la rue.

Une histoire de chaussures
Il y a six mois le destin de Sergueï a croisé le Bus de Nuit de Nochlechka.
De fil en aiguille, nous avons commencé à nous occuper de lui. L’aider à se réhabiliter socialement, physiquement aussi.
La rue abîme très vite l’individu qui y survit.
Pour que Sergueï puisse quitter l’environnement néfaste du sans-abrisme, nous lui louons une chambre dans une auberge pas trop éloignée de notre Centre d’Accueil.
Un matin d’avril, Sergueï nous a demandé de l’aide pour trouver des chaussures de courses.
Sergueï voulait participer aux 10 kilomètres de Moscou.

Le défi de s’en sortir
Devant notre air des plus étonnés, Sergueï nous a expliqué que depuis sa tendre enfance il marchait beaucoup.
Même qu’il avait participé à un marathon à l’âge de 16 ans. Et que plus tard, à l’âge de 43 ans, il avait récidivé, malgré lui, car il pensait participer à une course de dix kilomètres.
Peu importe, Sergueï y était arrivé en 5 heures et 47 minutes.
Sergueï nous explique aussi que s’inscrire à cette course représente le symbole de sa renaissance.
Effacer ces années d’errance en avalant des kilomètres.
Ni une, ni deux, nous avons inscrit Sergueï à cette course et lancé un appel via les réseaux sociaux pour une bonne paire de chausses de compétition.
Sergueï n’eut qu’à choisir, 50 paires nous sommes parvenues, toutes neuves.

Incroyable exploit
Sergueï a franchi la ligne d’arrivée bon dernier mais heureux comme s’il avait gagné la course.
Oh cela n’a vraiment pas été facile, pour tout dire j’ai souffert le martyre.
Sans entrainement vous pensez, malgré les encouragements de la foule, et ceux de quelques bénévoles de Nochlechka qui m’accompagnèrent dans ce pari fou, les jambes brulaient de plus en plus, je me traînais de plus en plus, quel calvaire.
J’ai atteint la ligne d’arrivée complétement fini, que ce fut dur.
La participation à cet événement sportif a multiplié encore plus ma détermination de m’en sortir.

Quotidiennement nous venons en aide à des centaines de sans-papiers sans-abris.

Merci de nous soutenir, nous avons besoin de vous

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.