Alexandre le mal voyant

Il y a des personnes qui cumulent les handicaps. Alexandre est l’un d’entre eux. Sans-papier, il a perdu progressivement la vision. Alexandre souffre de cataracte aigue.
Pas facile dans ces conditions de survivre dans la rue.

Asya Suvorova, assistance sociale à Nochlechka nous explique:
Alexandre Sergeyevich, dans la soixante, est arrivé au Centre d’Accueil au début du printemps. Un de ses compagnons d’infortune l’y a guidé.
Depuis nous avons essayé, non seulement, de lui retrouver une identité administrative, (Propiska) mais aussi qu’il puisse recouvrer la vue, tout du moins partiellement.

Alors j’ai oublié
Par bribes, en un russe châtié, Alexandre nous conte sa destinée.
Avant tout je suis un bibliophile effréné. Les livres anciens sont ma passion. J’ai suivi l’université jusqu’en deuxième année. Plus que tout, je suis un autodidacte.
Dans ma jeunesse, j’ai passés beaucoup de temps au café Saigon. Il y avait des musiciens, des dissidents, et ils m’ont dit ” l’uni ce n’est pas tout, ils t’enferment dans un cadre, influencent politiquement ta pensée, alors oublie…
Alors j’ai oublié “.
Dans les début nonante, au moment de la chute, j’ai perdu mon passeport, mais je ne m’en suis guère préoccupé, je vivais plongé dans mes livres rares, loin de toute cette décadence.

Une lente obscurité
Alexandre Sergeyevich travaillait comme bibliothécaire. Pour ses employeurs, l’absence de papiers administratifs n’étaient pas un obstacle tant son savoir livresque remplaçait cette paperasse.
Progressivement sa vue baissa, la cécité gagna du terrain et, malgré des lunettes aux verres de plus en plus épais, rien n’y fit, Alexandre dû cesser son travail.
Un véritable déchirement.
Plus d’argent, plus de logement, et surtout plus de livres, Alexandre se retrouve presqu’aveugle dans la rue. Déjà que pour un sans-abri sans handicap l’épreuve est terrible, pour un malvoyant…

Le bout du tunnel ?
Cet été nous avons pu reconstituer les papiers d’Alexandre Sergeyevich et permettre ainsi qu’il soit accueilli par la communauté de Pokrovskaya, poursuit Asya Suvorova.
De plus nous avons œuvré afin que ses problèmes de visions soient pris en charge.
Ana Matyeeva de Charity Hospital appuyée par l’infirmière en chef du Centre ophtalmologique de Vision, Alina Markov, ont organisé la prise en charge.
En septembre, Alexandre entre en clinique, est opéré du cristallin, son œil droit retrouve une certaine vision.
En novembre, une deuxième opération aura lieu, celle de l’œil gauche.
Bientôt, Alexandre Sergeyevich pourra à nouveau palper, lire, ses livres qui lui ont tant manqué.

C’est grâce à vos dons que nous pouvons permettre à des Alexandre Sergeyevich de recouvrer la vue.
Merci de continuer à nous soutenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *