Alexandre Alexandrovitch

Ce soir-là, il pleut, le sol alentours est un bourbier. Malgré l’inclémente intempérie, une vingtaine de sans-papiers sans-abris attendent la distribution de vivre. Parmi eux, Alexandre Alexandrovitch, assis stoïquement sur son fauteuil roulant brimbalant.

On ne voit pas souvent une personne en fauteuil roulant attendant le Bus de Nuit.
Yura, notre chauffeur s’enquiert de l’aide que nous pourrions lui apporter.
Alexandre Alexandrovitch raconte sa misère :

Ouvrier blessé, ouvrier renvoyé
Ces dernières années, j’ai travaillé au noir sur des chantiers de construction, ici et là, du printemps à la fin de l’automne. Je louais une chambre en périphérie de Peters. Je n’avais pas de Propiska.
Un jour je suis mal tombé, je me casse le col du fémur, endommageant gravement l’articulation de la hanche. Je me suis retrouvé à l’hôpital.
J’ai été immédiatement licencié de mon travail.
Les médecins se sont montrés rassurants en disant que je pourrais marcher, que tout irait bien. Qu’il suffisait d’une bonne rééducation.

Mais voilà, Alexandre Alexandrovitch ne peut pas bénéficier d’une telle réhabilitation, car il n’est enregistré nul part, signifiant qu’il ne peut compter que sur les soins médicaux les plus élémentaires dans le cadre de l’assurance maladie obligatoire.
Et encore, il n’est pas simple pour un sans-papiers-sans-abris d’avoir accès à ce genre de prestation.

Sans Propiska, c’est la rue
Alexandre Alexandrovitch sort de l’hôpital estropié, dans un vieux fauteuil roulant qu’un infirmier compatissant lui a filé en douce.
Alexandre Alexandrovitch ne peut plus travailler, ces rares économies s’épuisent comme neige au soleil, terminé la piaule en banlieue.
C’est la rue.

Alexandre Alexandrovitch poursuit : Pas facile de se déplacer en chaise roulante dans cette ville, de dénicher un abri où passer les nuits. Et trouver de la nourriture est aussi une galère.
Un jour j’entends parler du Bus de Nuit et me voilà.

La réhabilitation
Nochlechka s’occupe du cas immédiatement.
Nous avons contacté des collègues de la House of Friends, un projet caritatif qui dispose d’un refuge réservé aux personnes ayant besoin de soins médicaux et de réadaptation, explique Pavel Lyaks, spécialiste du travail social à Nochlechka.
Ce n’est pas le cas de notre Centre d’Accueil, inadapté pour les personnes handicapées.
De notre côté, nous nous sommes occupés de restaurer l’identité administrative d’Alexandre Alexandrovitch.

Aujourd’hui, Alexandre Alexandrovitch arrive à se déplacer sans fauteuil. Des béquilles lui facilitent la vie.
Reste à ce qu’Alexandre Alexandrovitch reçoive une pension d’invalidité et que nous lui trouvions un logement adapté à son infirmité.
En attendant, Alexandre Alexandrovitch sera une des premières personnes à profiter de notre nouveau Centre d’Accueil dédié aux personnes infirmes, aux sans-papiers âgés, ajoute Pavel Lyaks.

20 ans que le Bus de Nuit aide les plus démunis
Plus que jamais nous avons besoin de votre appui pour poursuivre nos actions humanitaires.

Merci de continuer à nous soutenir, nous avons besoin de vous pour sauver des vies.

Important : malgré les embuches du boycott, nous arrivons toujours à transférer notre appui financier des plus indispensables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.