1’450 survivants

Sans cette tente j’étais foutu, raconte Sergueï rencontré hier soir dans la Tente de la Survie de “Kushelevka” dans le district de Kalininsky.

Le 15 avril 2021 les Tentes ferment
Depuis le début octobre 2020 à ce jour, les deux tentes de Nochlechka ont accueilli, en moyenne, chaque nuit, chaque tente, une cinquantaine de naufragés de l’hiver, hommes, femmes, parfois des adolescents aussi.
Ils y ont trouvé un inespéré refuge contre les assauts mortels du froid. Ils y ont rencontré chaleur, sécurité, nourriture et soins.

Pas assez de refuges
Cet hiver a été particulièrement hostile, nous dit Andreï Chapaev, responsables des opérations humanitaires de l’ONG.
Le thermomètre s’est trainé, parfois, en dessous des moins vingt-cinq degrés, et avec le vent, l’humidité, la survie fut des plus hasardeuses.
Nous aurions aimé en faire tellement plus, mais nous sommes toujours à la limite de nos moyens financiers.
Je sais, je me répète, mais après plus de quinze ans à protéger des sans-abris, nous constatons encore, et toujours, que l’Etat ne fait toujours rien, ou si peu, pour ces dizaines de milliers de pauvres hères.
Je crains que le funeste bilan des personnes mortes de froid soit encore plus élevé que les dernières années, nous en comptions en moyenne un millier.

Les pieds noirs de froid
Ce n’est pas Zhanna, 41 ans, qui le contredira.
Elle raconte : Avant la tente, j’ai dû passer plusieurs nuits dehors, vous ne pouvez pas imaginer ce que cela signifie.
Tout d’abord, on essaye de se “calfeutrer” sous un porche afin de créer l’illusion que nous avons un “intérieur”.
Mais très vite cela ne suffit plus, malgré les couches d’habits, les papiers journaux qui nous enveloppent, le froid, imparablement, nous pénètre.

On se met à marcher, marcher, mais vient la fatigue, patauger dans la neige recouvrant les trottoirs demande bien des efforts. On cherche un nouvel abri, on s’endort n’importe où et on gèle.
Un balayeur m’a réveillé, je ne pouvais presque plus bouger, mes pieds avaient la couleur du charbon, je ne les sentais plus.

Спасибо вам большое
Zhanna, Sergueï et tous les autres vous remercient infiniment de les avoir soutenus tout au long de cet hiver.
Grâce à vos dons, 1’450 personnes ont pu survivre.

A Saint-Pétersbourg, à Moscou, notre tâche est immense, ils sont des dizaines de milliers.
Sans-papiers, sans toit, sans droit, nous faisons tout pour les aider.
Merci de votre indispensable soutien pour plus d’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *