Пасха

Koulitch, paskha, œufs décorés à croquer, et que personne ne soit oublier.
Il n’est pas question que les citoyens russes sans-papier sans-abris, déjà privés de tout, ne puissent pas, le 2 mai prochain, eux aussi, fêter et participer à ce moment particulier, la pâque orthodoxe russe.

On ne les oublie pas
Grigory Sverdlin, président de Nochlechka, souligne : pâques est une fête très importante pour un très grand nombre de personnes y compris celles qui n’épousent pas la foi chrétienne.
Afin que les plus démunis puissent également en être, chaque année nous organisons une collecte pascale.

Ces laissés-pour-compte attribuent bien plus d’importance que l’on peut imaginer à ces traditions. Elles sont les derniers liens tenus qui les rattachent à une société qui n’a de cesse de les rejeter.

Sensibiliser la population
Nochlechka incite la population à lui apporter les traditionnelles friandises pascales, le koulitch, gâteau aux raisins secs, la paskha, dessert en forme de pyramide à base de fromage blanc, et bien évidemment, les œufs teints, décorés, qui, par la suite, seront croqués, comme par chez nous.

Cet appel à la générosité des Pétersbourgeois est aussi une façon de sensibiliser la population au sort de leurs concitoyens infortunés, les sans-papiers sans-abris, bannis par l’administration.

Une tradition humanitaire
Pâques, en Russie, est un moment spécial de partage et lors de la semaine qui la suit, les tables doivent rester garnies pour accueillir, tout spécialement, les pauvres et les nécessiteux.
Souvenirs d’un passé moins noir, ces douceurs pascales seront distribuées aux arrêts du Bus de Nuit, au Centre d’Accueil de l’ONG, à l’Abri de Nuit.

Plus que jamais nous avons besoin de votre indispensable soutien.
Notre tâche est immense, aidez-nous à donner plus d’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *